Depuis un an, ma vie change énormément. Enfin elle a toujours changé mais je place ma conscience différemment sur la évènement.
Et alors que je ne me suis jamais sentie aussi ancrée, centrée et alignée, alors que je sens que je suis sur le bon chemin, j’ai passé, ces derniers mois, beaucoup de temps à explorer mon passé.
J’avais besoin de comprendre les choix, les décisions, les comportements qui m’ont amenée là où j’en suis aujourd’hui.

Les clients que j’accompagne savent que je dis très souvent “On s’en fout des causes !”. C’est ce que j’ai appris quand je me suis formée. Savoir pourquoi tu as attrapé ton rhume ne te permettra pas de le guérir !

En revanche, ces derniers mois, j’ai senti que c’était important pour moi de mettre de la conscience sur des choix passés que je n’avais pas forcément faits en conscience.

Le but de tout cela : choisir en conscience ce que je décide de garder de l’ancienne Christine et de son ancienne vie et ce que je décide de transformer.

Faire ce travail d’introspection m’a montré à quel point j’avais évolué, à quel point j’avais changé. Et je suis fière du chemin parcouru.

En ce moment, c’est peut-être l’énergie du printemps, je sens qu’il est temps que je lâche. Parce que le piège, à force d’observer son passé, c’est d’y rester prisonnier/ère.
J’ai ressenti beaucoup de nostalgie, de douceur et de reconnaissance pour ce passé, parfois de la tristesse, de la colère aussi.
C’est tellement facile de s’y raccrocher. De rester bloqué.e, jusqu’à se demander si “c’était pas mieux avant”.
Je ne crois pas. Avant c’était parfait pour la Christine que j’étais… avant.
Mais j’ai évolué et aujourd’hui ce passé ne me correspond plus.

La peur que nous pouvons ressentir à lâcher le passé, à ne pas s’accrocher en se disant que “c’était mieux avant”, c’est la peur de l’inconnu.
Notre passé nous a procuré des sensations que nous connaissons bien, certaines difficiles et d’autres très agréables. Pour les plus agréables, nous pouvons nous poser la question : Et si je ne ressentais plus jamais ça ? Comment retrouver ces sensations ?

Tout part d’une décision.

Celle de choisir de créer ces sensations à nouveaux. Si nous les avons ressentis une fois, c’est qu’elles font partie de nous. L’erreur serait de croire qu’elles font partie du passé ou d’un facteur extérieur ; et qu’en lâchant notre passé, nous lâcherons aussi ces sensations.
Or nous sommes responsables de ce que nous vivons.

Qu’est-ce qui nous retient alors de recréer ces sensations ? Ou carrément d’en créer de nouvelles ? Plus adaptées à la personne que nous sommes aujourd’hui ? Et enrichies des expériences du passé de surcroît.

Celle de choisir de lâcher le passé qui risque de prendre la place de l’avenir. Comment accueillir le nouveau si la place est prise par l’ancien ?
Accueillir le nouveau ne veut pas forcément dire faire table rase. Tout est à créer. Alors c’est encore une fois à nous de décider, en fonction de ce que la vie met sur notre chemin.
Ça peut être tout changer, complètement, entièrement.
Mais ça peut aussi être, à l’image d’un magicien, transformer. Prendre un peu de ce qui nous plaisait avant et le faire évoluer en accord avec qui nous sommes aujourd’hui.

Il y a beaucoup d’informations et de réponses dans le passé, mais les solutions n’y sont pas.

Qu’est-ce que tu décides de lâcher aujourd’hui ?
Qu’est-ce que tu décides de transformer aujourd’hui ?

Christine