Sélectionner une page


Je viens de prendre un belle décision pour 2020 alors que j’étais partie dans une totale autre direction.

Je t’en parle dans cette newsletter et dans les deux prochaine.
Je t’explique mon cheminement.



Connais-tu tes points de vigilance ?
Tu sais, les sujets auxquels tu sais que tu dois faire attention pour ne pas te piéger toi-même et vivre un peu à côté ?
Être aligné et suivre la joie se jouent avec un degré de précision exact, je le répète souvent !

Chez moi j’identifie au moins 2 points de focus :
Je te parle du premier aujourd’hui et de l’autre demain pour que mon texte soit plus digeste. 😉

NUMÉRO 1:
mon business et ma vie étant étroitement liés et imbriqués, je dois mettre un point de focus sur le fait de laisser de l’espace dans mon planning et surtout de m’autoriser à faire des choses juste pour le plaisir, juste pour moi, même s’il n’y a pas de résultat derrière, d’objectif, d’apprentissage, de progression.
Tu sais, juste pour le fun. Comme me payer un massage, m’acheter des fringues, aller en vacances, dormir, m’amuser…

J’ai longtemps investi chaque sous que je gagnais dans des formations, dans des programmes, dans des cours. Et comme j’aime apprendre, j’y trouvais du plaisir et je savais que j’allais rentabiliser après. Une pierre deux coups.
Je ne partais pas en vacances, je n’achetais pas de fringues, je limitais les sorties… le seul plaisir sans attente c’était la nourriture. Et pas toujours sans culpabilité derrière.

J’ai dû déconstruire et je déconstruis encore des conditionnements qui disent un truc du genre :
// Le travail c’est important, il faut trimer et ne pas être fainéante. Donc pas trop de repos et de périodes de chill surtout !
//Si je n’obtiens pas les choses à la force du travail, à la sueur de mon front, si elles arrivent trop facilement, sans effort de ma part, c’est qu’elles n’ont pas assez de valeur.
//Ou encore : faire les choses par moi-même, pour être sûre du résultat, pour ne pas prendre le risque d’attendre et de dépendre de quelqu’un.

Constructions mentales idéales pour bloquer le flow de la vie, la joie, le partage et la réception de choses hyper cool pour soi, comme des invitations, des cadeaux, des rencontres, des nouvelles expériences, de l’argent, l’amour… ça peut aller loin !
Et puisque l’énergie circule, à force ça bloque aussi dans l’autre sens : dans le don de soi aux autres !

Quelle est mon niveau d’énergie, de bonne humeur, de patience, de joie lorsque je suis submergée et que j’ai bossé de 8h à minuit non stop pendant plusieurs semaines d’affilé (true story !) ?
Quel type de partage et quelle place je laisse aux autres dans ma vie lorsque j’ai décidé de tout faire toute seule ?

Je m’en suis sortie plusieurs années en faisant de ce que j’aime et de ce qui me fait plaisir, un métier et un moyen de gagner de l’argent.

J’ai travaillé de mes passions : le maquillage, la danse, mon activité de coach et mon business en ligne.

Je me suis dit : Quitte à bosser comme une dingue autant que ce soit agréable et que ce soit des choses que j’aime .
C’est pourquoi je ne travaille jamais là où c’est pénible pour moi. Cela a donc déterminé plusieurs de mes choix et notamment le fait que j’ai énormément changé de direction dans ma vie.
Parce que la vie et la joie sont en mouvance perpétuelle !
J’ai appris à les suivre très tôt à ce niveau là.


Pendant un moment je le disais comme un mantra ou une façon de me présenter : « je fais ce que j’aime et je le monétise. »
J’en étais fière.

Mais sous un autre angle, cela voulait dire que ce que j’aime a forcément un coût et est difficile à obtenir. Que l’amour, la joie et le plaisir ne sont pas gratuits. Ni pour moi car je dois bosser dur pour les toucher du doigt, ni pour l’autre qui doit systématique me  “renvoyer la balle” !

J’ai tellement bloqué, je me suis souvent empêché de kiffer, en choisissant systématiquement un chemin plus laborieux !
« Je ne peux pas, j’ai ça à faire, et puis ça et ça, faut que je travaille ! »

Je peux creuser hyper profond sur l’impact de ces croyances dans ma vie.
Ça n’impacte pas que mon business mais ma relation à moi, aux autres, les dynamiques que je crée lorsque je suis en relation de couple, mon rapport à l’argent, bref ! Toute ma vie est impactée par ces conditionnements !

Je ne le ferai pas ici, ce serait trop long, mais nous le ferons ensemble et pour toi dans mon programme d’accompagnement Suivre la Joie.

http://bit.ly/christinerotsen-suivrelajoie

Tout est lié, c’est un système. Et la bonne nouvelle c’est qu’il suffit de ne bouger qu’une pièce de ce système pour qu’il soit touché et pour le transformer dans sa totalité. Il n’est pas forcément besoin de focaliser sur tous les aspects de sa vie en même temps, tout le temps.


Au final, j’ai capté que ce n’était pas dans le bon sens.
Aujourd’hui je dirai plutôt un truc du genre : Je monétise des choses que j’aime faire (pas toutes !).
Et je dirai surtout : « je fais ce que j’aime et qui me procure de la joie sans attente précise de résultat. »

Parce que finalement, je ne contrôle pas le flow de la Vie, je danse avec. Et je ne sais pas vraiment quelle action pourra réellement me rapporter de l’argent. Je peux l’imaginer, l’intellectualiser mais dans le fond je n’en sais rien.
Je n’ai pas de contrôle sur la temporalité d’ailleurs.

Ex : il m’est déjà arrivé de lancer des programmes : ce que j’aime et que je monétise ; et de ne faire aucune vente.

Et l’inverse aussi, des actions que j’aimais et que j’ai posées sans attente de résultat m’ont parfois apporté des résultats financiers surprenants !

Plus j’avance aujourd’hui, plus je muscle ma capacité à m’autoriser des choses « juste pour le fun ». En fait tout ça ne veut rien dire puisque ce sont des constructions de mon mental qui veut toujours tout classer en deux catégories !
Le travail et le plaisir.
Ce qui est rentable et ce qui ne l’est pas.

Aujourd’hui je change ma perspective.
Je suis ce qui me mets en joie et c’est tout ! J’apprends à calculer de moins en moins, mais simplement à vivre les expériences qui sont ultra vibrantes pour moi !

Mon programme Suivre la joie en fait partie. Et une autre, de taille, que je vais commencer en 2020 et à laquelle je ne pensais pas il y a 48h (je t’en parlerais dans la 3 eme partie de cette newsletter) !

Pour les deux, je n’ai aucune idée du résultat.
Combien d’inscrits à Suivre la joie ?
Ou que va m’apporter l’autre expérience ?
Je n’en sais rien.
Mais ce qui est sûr, c’est que je me sens nourrie à l’instant T.

C’est mon curseur principal aujourd’hui…

(Partie 2 : demain 😊)

Christine

P.S : Alors Suivre la joie t’en penses quoi ?

http://bit.ly/christinerotsen-suivrelajoie

Le travail de deconstruction et de déconditionnement est l’un des piliers de ce programme.
Ça se fera au rythme qui est juste pour toi, ni trop vite, ni trop lentement. Pile ce que tu décides et à l’intensité que tu décides. L’impact que cela aura dans ta vie relèvera également de ta décision. Autonomie et responsabilité.
En revanche, je t’apporterai les clés et les outils pour le faire.